Cherchez avec freefind

 

                      Actif        Inactif         Actif        

 

Nom russe: ?

Code OTAN ZULU

Classification soviétique: grand sous-marin (БПЛ) [BPL]

Classification OTAN: SSK

Projet 611 original (avec artillerie)

 

A partir de 1943, des travaux d'étude sont entrepris sur de nouveaux grands sous-marins, destinés à l'attaque des liaisons océaniques, au blocage des bases maritimes de l'adversaire, aux reconnaissances rapides, à la protection des convois nationaux, au mouillage de mines sur les routes et près des bases de l'adversaire. [NdA: il n'est pas impossible que les autorités de l'époque se soient aperçues de l'inefficacité des sous-marins construits jusque-là, et sur leur incapacité à peser sur les liaisons maritimes nazies, notamment en Baltique et en mer Noire]. Ces études ont été conduites par le TsKB-18, et se basaient sur les bâtiments des types K (Série XIV), L (Séries II, XI et XIII) et D (Série I).

En janvier 1944, on fixa comme objectif pour le nouveau sous-marin une immersion allant jusqu'à 150 m, une vitesse en surface de 22 noeuds, et de 9 à 10 noeuds en plongée. L'armement devait comporter six tubes lance-torpilles à l'avant, avec 12 torpilles de réserve, et quatre tubes arrières avec deux torpilles de réserve. L'artillerie incluait un canon de 100 mm et un affût quadritube de 25 mm antiaérien. En 1946, on modifiait ce projet, pour rajouter un deuxième canon de 100 mm sur le pont, et des pièces de DCA de 37 mm. A la même époque, les plans des sous-marins nazis du type XXI permirent d'apporter de multiples améliorations.

Le 16 octobre 1946, le gouvernement soviétique accepta le programme, prévoyant de construire ces sous-marins jusqu'en 1955. Les meilleures propositions, prenant en compte l'expérience du conflit qui venait de s'achever, ont été présentées au Commissaire du Peuple I. Kuznetsov. En 1948, le projet a été définitivement ratifié. Il incluait toute une série de mécanismes et d'installations qui devaient devenir communs avec le projet 613.

Les travaux de conception se sont achevés en août 1949. Les nouveaux sous-marins disposaient de 10 tubes lance-torpilles de 533 mm (6 à l'avant et quatre à l'arrière), d'une réserve de douze torpilles placées sur des berceaux. Ces torpilles pouvaient être remplacées par 32 mines AMD-1000. Devant le massif, sur le pont, était installé un affût bitube de 57 mm SM-24 ZIF et sur l'arrière du massif un canon bitube de 25 mm 2M-8.

Le bâtiment était équipé d'un schnorchel, de 2 périscopes ainsi que d'un radar de veille. Un intercepteur radar moderne, tout comme des hydrophones performants complétaient l'équipement. Les conditions de vie étaient améliorées, avec une climatisation et un bouilleur.

Les moteurs Diesel et les moteurs électriques étaient dorénavant accouplés par des manchons à commande pneumatiques mieux adaptés que les manchons « BAMAG » d'avant guerre. Cette disposition permettait un accouplement beaucoup plus rapide en exploitation, notamment au moment des plongées et des reprises de vue.

Tous les mécanismes reposaient sur des amortisseurs de vibration. De forme cylindrique, la coque épaisse était soudée. Elle était construite à partir de plaques d'alliage d'acier de 18 à 22 mm d'épaisseur. Pour gagner en volume, les couples étaient installés à l'extérieur. L'intérieur du sous-marin se divisait en 7 tranches :

¤tranche 1: tranche torpille avant: berceaux pour les torpilles de réserve, TLT;

¤tranche 2: batterie (en partie inférieure), carré officiers, équipement acoustique; chambre d'officiers, douche;

¤tranche 3: central, abri de navigation, les directions de lancement de torpille, les commandes des barres de plongée;

¤tranche 4: carré des OM, PC radio, la cambuse, la cuisine, au niveau inférieur, batterie arrière;

¤tranche 5: 3 moteurs Diesel du type 37D (2000 CV) et deux compresseurs Diesel DK-2;

¤tranche 6: deux moteurs électriques de propulsion latéraux PG-101, un moteur électrique central de propulsion PG-102;

¤tranche 7: locaux vie (poste équipage), sous le plancher moteur électrique de propulsion de croisière.

La coque externe était réalisée en tôle de 3 mm d'épaisseur, augmentée jusqu'à 8 près de la ligne de flottaison pour la navigation dans les glaces. Elle présentait un profil hydrodynamique.

Deux moteurs électriques PG-101 de 1350 Cv entraînaient chacun une hélice tripale latérale. L'hélice centrale quadripale pouvait être entraînée directement par un moteur PG-102 de 2700 Cv (vitesse élevée), soit par un moteur électrique de 140 Cv pour la vitesse de croisière.

Le premier bâtiment du projet, le B-61, a été mis sur cale au chantier « Sudomekh » de Leningrad le 10 janvier 1951. Dès l'année suivante, il rejoignait le chantier n° 890 de Tallinn pour l'achèvement et les essais. Des problèmes de soufflage d'urgence des ballasts principaux et un problème de vibration lors de l'utilisation des trois hélices ont notamment dus être corrigés. En décembre 1953, le B-61 était admis au service actif. 25 autres sous-marins l'ont rejoint par la suite, jusqu'en 1958, alors que 40 étaient prévus. Aucun n'a été exporté. 8 ont été construits pour le plan 1945 - 1955, les 18 autres dans le plan suivant. Deux chantiers ont été mis à contribution pour leur construction : Sudomekh à Leningrad (8) et Sevmash à Severodvinsk (18). Le prix du B-61 était évalué à 61 millions de roubles.

L'évolution du parc en ligne dans le temps, toutes versions confondues ne dépassera jamais 20 unités, surtout en raison de modifications et de changement de rôle.

La carrière opérationnelle en tant que pur projet 611 ne touchera que 19 des 26 unités construites. 11 seulement resteront des sous-marins d'attaque, toutes les autres unités ayant connu une modification remettant en cause leur état initial. On notera également qu'une unité a été achevée en projet V-611 (B-67) et trois en projets AV-611 (B-73, B-79 et B-89). La dernière unité a été rayée de la liste navale en 1985.

 

L'évolution des tactiques et des matériels ont fait que les sous-marins restés dans leur rôle initial ont connu plusieurs versions:

- la version originale équipée de canons, que l'OTAN va dénommer Zulu I

- cette artillerie est débarquée vers 1956, et la vitesse augmenter d'un noeud. Ceci après une prise de conscience que la meilleure arme d'un sous-marin contre un aéronef était avant tout de disparaître sous le dioptre. Le projet serait alors devenu le projet 611M (?). Le massif est retouché pour ré-hausser l'aspiration d'air des Diesel. Cette version est dénommé Zulu II, mais elle comporte en fait deux sous-variantes, l'une avec une antenne fouet IVA repliable à plat pont et dont l'articulation se situe à l'arrière tribord du kiosque, et l'autre avec la draille d'antenne arrière en partie conservée

- une dernière version, ZULU III pour l'OTAN, dont la caractéristique la plus visible est l'apparition d'une "verrue" sur le nez, "verrue" qui à priori sert de carénage aux antennes du MG-15 Sviyaga-1 et de l'intercepteur sonar MG-13M Svet-M. Bien que non documentée, l'installation d'un sonar MG-200 Arktika M est probable.

 

Les projets 611 ont servi dans toutes les flottes, à l'exception de la mer Noire. Sous-marins de transition, ils ont ouvert la porte des missions de longue durée à la marine soviétique, avec les premiers passages de l'équateur, les premières missions opérationnelles en Méditerranée...C'est aussi un sous-marin de ce projet qui s'est frotté pour la première fois aux forces ASM de l'adversaire probable. Néanmoins, ils semblent avoir fait preuve d'un certaine fragilité, notamment pour les moteurs Diesel et les commandes hydrauliques des barres de plongée avant. Les vibrations engendrées sur l'arrière par les trois lignes d'arbre ont aussi constitué une importante faiblesse.

 

Le rythme initial des grands entretiens d'une durée de 12 à 24 mois selon les unités, était à priori de 8 ans. D'après les données disponibles, ce rythme semble s'être allongé après 1968, pour dépasser les 10 ans, soit en gros à la mi-vie espérée de la série. Ce qui tend à prouver que leur intérêt opérationnel était devenu plus faible, concurrencés par des projets plus modernes comme les projets 641. Et c'est ce vieillissement associé à leur grande taille qui a permis à 15 unités d'être choisies pour d'autres rôles (voir l'onglet Évolution).

 

Dernière mise à jour: 29 janvier 2017

© Soumarsov 2008 / 2017

[Home][Sous-marins][1945 - 1992][SSK][Projet 611]