Cherchez avec freefind

 

                      Actif        Inactif          

 

Nom russe: 877ЭКМ (Экспортный Капиталистический Модернизированный)

Code OTAN : KILO

Classification soviétique Sous-marin Diesel  (ДПЛ) [DPL]

Classification OTAN: SSK

Surnom  "черная дыра" (trou noir)

Tiré de Podvodnie Lodki Sovetskovo flota de Yu Apalkov

On note ici que l'aspect extérieur est identique aux sous-marins du projet 877 initial (arête longue, hélice 6 pales...)

L'Union soviétique avait réussi jusque là à fournir, selon diverses modalités (dons, ventes, locations...) à plusieurs états extérieurs au Pacte de Varsovie plus d'une soixantaine de sous marins [voir Nota 2]. Ceux-ci arrivant en fin de vie, ou devenant des systèmes obsolètes, il paraissait intéressant de prolonger l'opération en proposant à ces pays un sous-marin plus moderne, avec bien entendu l'idée de rentabiliser les investissements consentis pour l'équipement de la flotte soviétique.

Un premier essai avec un projet 877EK ne semble pas avoir porté ses fruits, puisqu'aucune commande n'est enregistrée.

Mais une opportunité se présente avec le renoncement polonais à la deuxième unité du projet 877E [Kondor 294] et l'appel d'offres indien pour le remplacement / complément des projets 641 déjà en service [8 de diverses versions]. Une nouvelle version, dénommée projet 877EKM, mieux adaptée au climat tropical, est retenue par l'Inde qui en met une première unité en service en 1985. Le choix du projet soviétique face à ses concurrents occidentaux fait encore apparaître quelques doutes sur la valeur de la proposition soviétique de l'époque.

Tous les pays utilisateurs de sous-marins soviétiques sont alors prospectés, mais seuls l'Inde et l'Algérie vont se porter acquéreurs dans un premier temps, avec respectivement 10 et 2 unités. L'Iran suivra quelque temps plus tard avec trois unités. Le cas de la Chine est plus particulier, puisqu'il faut attendre 1994 pour que l'état russe se décide à lui vendre, probablement en les adaptant, les deux sous-marins commandés par la Libye et dont ce pays n'a jamais pu ou voulu prendre livraison [sous pression US ?].

L'ambition de vente est grande puisqu'il est décidé de doter la marine soviétique d'une unité de ce type, destinée à la formation exclusive des stagiaires étrangers. Mais les espoirs restent vains avec l'Indonésie, Cuba, l'Egypte, la Syrie ou même la Malaisie ... La série s'arrête donc à la 18ème unité, ce qui est loin d'être négligeable.

L'onglet Caractéristiques fait mention des différences avec les projets 877 soviétiques d'origine. Mais on peut souligner ici  que l'architecture générale est identique, les sous marins faisant appel à une coque épaisse identique. Le revêtement anéchoïque externe dispose d'une couche de protection contre les UV. Le conditionnement d'air et la ventilation de la batterie sont adaptés aux pays chauds.

Selon les informations disponibles aujourd'hui, plusieurs faiblesses sont reprochées à ce projet. Les accumulateurs d'origine russe ne sont pas d'excellente qualité, et sont très vite remplacés par des accumulateurs d'origine allemande, au moins sur les unités indiennes. L'autonomie sur batterie figure aussi dans les points criticables, tout comme un manque de puissance propulsive.

Les unités sont prévues pour une durée de vie de 30 ans, avec des entretiens intermédiaires (SR) tous les 10 ans. La marine indienne  a bien tenté en 2004  de mener à bien cette opération dans un chantier indien sur le  Sindhukirti S61, sans respecter les règles de "garantie" du chantier d'origine. Mais l'incompétence du chantier a conduit à demander l'aide du chantier Zvezdochka, le retour en service de ce sous-marin est intervenue en 2015. On note d'ailleurs une forte tendance à la réalisation dans le pays propriétaire de ces opérations, même si le chantier Zvezdochka en a fait l'une de ses spécialités.

L'évolution dans le temps semble se cristalliser autour de la refonte en projet 08773 des unités en service. Si rien n'a filtré sur les unités chinoises, on peut noter que cette opération fait partie de l'embargo imposé à l'Iran avec la résolution n°1929 des Nations Unies. Le détail en sera donné pays par pays sous une nouvelle rubrique.

 

Nota 1: EKM signifiait dans un premier temps Export Capitaliste Modifié, devenue Export Commercial Modifié

Nota 2: avant ce projet, les utilisateurs de sous-marins soviétiques étaient l'Indonésie (12 projets 613), l'Egypte (9 projets 613, 6 projets 633, 1 projet 96), l'Inde (8 projets 641), la Libye (6 projets 641), la Syrie (3 projets 613 et 3 633), l'Algérie (2 projets 633), la Chine (4 ou 5 projets 96, 1 projet 613, x projets 633, x projets 629, 3 série 9bis et 2 série 9Bis2) et Cuba (3 projet 641).

Nota 3: l'URSS aurait proposé le projet 877EKM à l'Inde à deux reprises en 1980 et février 1981. En 1984 un contrat est signé pour six unités, livrées entre 1986 et 1987. Une septième unité est commandée en 1987 et livrée en 1989. La huitième est commandée en 1988 et livrée en 1990. Les deux dernières sont commandées en 1997 et livrées en 1997 et 2000. Les huit premiers ont été payés en monnaie indienne pour l'équivalent de 70 millions de US $ pièces. Les deux derniers ont été acquis au prix de 300 millions de US$ pièce !

 

Dernière mise à jour 15 février 2013

© Soumarsov 2008 / 2016

[Home][Sous-marins][1945 - 1992][SSK][Projet 877EKM]