Cherchez avec freefind

 

                        Actif        Inactif         Inactif      

 

Nom russe ANDROMEDA (Андромеда) [Andromède]

Code OTAN Yankee Side Car

Classification soviétique (АПКРРК) [APKRRK]

(Croiseur nucléaire sous-marin lance-missiles aérodynamiques)

Classification OTAN SSGN

Copyright inconnu

 

Au milieu des années 70, l'ingénieur Chelomei, père de nombreux missiles aérodynamiques soviétiques, avait émis l'idée de reprendre la conception de missiles aérodynamiques stratégiques. Ce concept avait été abandonné par l'URSS et les États Unis d'Amérique à la fin des années 50, parce qu'un tel type de missile semblait difficilement pouvoir percer les défenses anti-aériennes de l'adversaire.

Mais les arguments que cet ingénieur avançait (plus grande furtivité, vitesse plus élevée, portée très améliorée...), liés au fait qu'une telle arme viendrait compliquer la tâche d'une défense anti-missile, conduisirent les autorités de l'URSS à confier l'étude d'un tel engin au bureau d'étude Raduga. Il devait être développé selon trois versions, le Meteorit-A lancé d'avion, le Meteorit- M lancé de sous-marin et enfin le Meteorit-N lancé depuis la terre. Les caractéristiques imposées étaient une vitesse de 3500 km/h, une altitude de vol de 22 à 24 000 m, et une portée d'au moins 5000 km, cette dernière condition devant permettre aux sous-marins de lancer bien au delà de la ceinture ASM de l'adversaire.

Le résultat en a été le missile 3M25 Grom, respectivement dénommé par l'OTAN AS-X-19, SS-N-24 SCORPION ou SSC-5 selon la version. D'une masse au lancement de 12,6 tonnes avec ses accélérateurs à poudre, il était équipé d'un guidage inertiel ainsi qu'un système de recalage en vol selon des données pré-enregistrées sur le profil terrestre survolé. L'engin en lui même atteignait 6,4 tonnes.

Le porteur sous-marin désigné était le projet 949 (Oscar) dans une version modifiée dénommée projet  949M.

Pour les essais, il était prévu de modifier un sous-marin du projet 675 Echo II. Mais la taille imposante du missile (12,8 m de long) rendait délicate une telle modification. Le bureau RUBIN se tourna alors vers une modification du projet 667A Navaga dont de multiples unités étaient rendues disponibles suite aux accords SALT. On aboutit ainsi au projet 667M, en incluant un nouveau bloc en lieu et place des anciennes tranches missiles. Le sous-marin gagnait 20 m en longueur, et l'installation de 6 conteneurs de missiles de chaque bord l'amenait à une largeur de 15 m, les nouveaux tubes étant disposés entre la coque épaisse et la coque externe. Un seul sous-marin sera modifié selon ce projet, le K-420.

Mais deux facteurs viendront très rapidement mettre fin à l'idée d'utiliser le Grom. La mise en place sur le porteur original prévu, le projet 949M, entraînait  une modification radicale du sous-marin original (longueur augmentée de 5 à 7 m), et donc un  surcoût très important. Enfin, le missile lui-même connaissait de très nombreux ennuis de mise au point. Les 30 lancements effectués entre le 20 mai 1980 et 1987 (4 lancements sous-marins en 1984 et 1986) ont fait apparaître tout un ensemble de problèmes de stabilité, de guidage, de recalage ... montrant qu'il n'était pas encore mâture, en regard des capacités technologiques de l'époque.

Aussi à la fin de l'année 1989, le programme a été arrêté. Et le sous-marin K-420 a été réadmis au service actif en tant  que  sous-marin nucléaire d'attaque, après démontage des tranches missiles.

Dernière mise à jour: 5 novembre 2008

©   Soumarsov 2008 / 2016

[Home][Sous-marins][1945 - 1992][SSGN][Projet 667M]