Actif        Inactif         Inactif

Alias sous-projet 06713 (RTMK)

Nom russe Shchuka (Щука)[Brochet]

Code OTAN Victor III

Classification soviétique

Croiseur sous-marin (КрПЛ) [KrPL ] ou Grand sous-marin nucléaire (АБПЛ) [ABPL]

Classification OTAN SSN

Copyright inconnu

Origine du projet

Le développement très rapide des sciences et des techniques montrait qu'un perfectionnement encore plus conséquent des sous-marins polyvalents était réalisable. Le point dur restait celui de la discrétion acoustique, mais des progrès étaient patents en armement, notamment avec l'apparition de missiles stratégiques lancés de tubes lance-torpilles, en électronique (systèmes de navigation, hydro-acoustique), en systèmes tactiques de combat, en communications.

C'est la raison pour laquelle, en parallèle avec le développement des sous-marins nucléaires des projets 945 et 971, on décida de tirer le meilleur parti des projets 671 et 671RT. Le Bureau d'études SPMBM « Malakhit» entreprit d'étudier une version modernisée de ces projets, dénommée 671RTM "Shchuka"  [Brochet].

Les études se sont très vite concentrées autour de l'installation à bord de nouveaux systèmes électroniques, un sonar puissant, une centrale inertielle de navigation, un système de combat tactique, un système de télécommunications automatisé, un équipement ESM, ainsi qu'autour de mesures de réduction du bruit rayonné. Les carénages en titane ont été remplacés par des éléments non métalliques.

Ces travaux ont été menés en collaboration avec le TsNII Okeanpribor, le TsNII Krylov et le TsNIITS. Okeanpribor a conçu l'ensemble acoustique Skat-KS. Après une étude approfondie du SPMBM Malakhit, on décida d'équiper le sous-marin du BIUS Omnibus du NPO Agat. Le système de navigation « Sigma» jugé obsolète était remplacé par la centrale inertielle de navigation Medveditsa du NPO Azimut.

De fait, le projet 671RTM tout comme celui du projet de croiseur nucléaire lance-missiles 667BDRM, appartenait à la 3ème génération de sous-marins nucléaires.

L'un des éléments les plus importants de l'armement du sous-marin modernisé devait être le système de missile ASM Shkval, dont l'élaboration débuta conformément aux décrets du Comité Central du Parti Communiste et du Conseil des ministres de l'Union dans les années 1960. La "philosophie" du nouveau système découlait des études de la filiale moscovite du TsAGI (autrefois GosNITs TsAGI]. C'est le NII-24 (devenu le GNPO Region) qui fut chargé des travaux d'étude de l'armement. Le système Shkval incluait un missile sous-marin de très grande vitesse, atteignant 200 noeuds (sur une distance de 11 km). Ce résultat était obtenu par l'utilisation d'un moteur à carburant hydro-réactif, mais aussi grâce au déplacement du projectile dans une bulle de gaz, permettant de minimiser la résistance hydrodynamique. Le guidage du missile, équipé d'une tête nucléaire, était réalisé par un système inertiel, insensible au brouillage. Les premiers tirs du missile sous-marin furent réalisés sur le lac Issik-Kul en 1964, et le 29 novembre 1977 le système VA-111, avec le missile M-5, fut accepté par la Marine.

L'installation énergie principale du sous-marin (31 000 CV) était en fait pratiquement identique à celles des sous-marins des projets 671 et 671RT: deux réacteurs à eau pressurisée type VM-4, un groupe turbo-réducteur GTZA-615, une hélice tournant à 290 tours, deux moteurs électriques de secours de 375 Cv.

Tout un ensemble de mesures complémentaires furent prises pour améliorer la discrétion du sous-marin nucléaire. Ceci fut obtenu par la mise en application de nouvelles solutions d'amortissement dites "masquage des fondamentales"  [NdA fréquences fondamentales], par l'isolation acoustique des mécanismes et de la coque.

Le bâtiment fut équipé d'un système de démagnétisation, le rendant plus difficilement détectable par les magnétométres des aéronefs.

Le système acoustique Skat-KS permettait la détection et la classification des cibles, tout comme leur poursuite automatique grâce au relèvement de leur signature acoustique en basse et très basse fréquence. Il fournissait aussi, avec des hypothèses sur leur distance, des données à la direction de lancement de torpilles Grâce à ses possibilités, ce système était trois fois plus performant que les systèmes sonar de la génération précédente. La distance maximale de détection d'une cible dans des conditions hydro-acoustiques normales atteignait 230 km.

On employa à bord des récepteurs de bruit, opérant en mode passif, tout comme une antenne remorquée très basse fréquence passive, enroulée dans un bulbe spécial, disposé sur la dérive verticale du navire. [l'apparition de ce bulbe devait faire couler beaucoup d'encre à l'ouest, et ouvrir la porte à des hypothèses d'un farfelu inimaginable, comme celui d'une propulsion magnéto-hydro-dynamique!!!]. Une telle disposition était quasiment rendue obligatoire, du fait de l'impossibilité de loger cette antenne et son dispositif de manutention entre la coque extérieure et la coque épaisse, à l'arrière du sous-marin.

Le système de navigation Medveditsa-671RTM fournissait en continu les données de position, de cap, de vitesse, par rapport à l'eau et au fond, les mouvements de roulis et tangage, et il les transmettait automatiquement aux autres systèmes embarqués.

Le système de combat "Omnibus" effectuait une collecte automatisée, une mise en forme des données, permettant une prise de décision pour la manoeuvre, la mise en oeuvre des moyens de combat, ainsi que la direction de tir pour les torpilles et les missiles.

Le bâtiment était équipé d'un nouveau système automatisé de transmissions Molnya-M, avec la composante satellitaire Tsunami-B. Il disposait également d'un système d'interception spécialisé.

L'armement des sous-marins nucléaires du projet 671RTM se composait de 4 tubes lance-torpilles de 533 mm et de deux tubes de 650 mm. De plus, il pouvait emporter le mini-sous-marin " Sirena" et d'autres systèmes " spéciaux" dont beaucoup auraient fait envie à James Bond. En particulier, en 1975, l'OKB NI mit au point l'hélicoptère monoplace repliable Ka-56, destiné au transport de commandos. Il pouvait être lancé avec son pilote par les tubes de 533 mm du sous-marin. L'installation du nouvel armement et des nouveaux équipements, et les mesures de réduction de la signature acoustique ont entraîné l'installation d'une nouvelle section cylindrique au niveau du 2ème compartiment. La longueur hors tout s'est accrue de 4,2 m, le déplacement a augmenté, et la vitesse maximale a été réduite.

Il fut décidé que la construction des sous-marins du projet 671RTM s'effectuerait simultanément aux Chantiers de l'Amirauté de Leningrad (avec un achèvement au chantier de réparation Zvezdochka), et au SZLK de Komsomolsk-Na-Amure (achèvement au chantier de réparation de Bolshoy Kamen). La construction des sous-marins nucléaires du projet 671RTM coïncida pratiquement avec le début du programme de construction de sous-marins nucléaires multi-missions de 3ème génération SSN-688 aux États-Unis. Mais, du fait de leur plus haut niveau d'automatisation, les sous-marins nucléaires du projet 671RTM étaient armés par un équipage bien plus réduit que les " Los Angeles" , ce qui permettait d'offrir à cet équipage de meilleures conditions d'habitabilité.

L'armement en missiles stratégiques aérodynamiques RK-55 (S10) Granat en a réellement fait des sous-marins polyvalents. Avec ce missile subsonique de faible encombrement, lancé depuis les tubes lance-torpilles de 533 mm, les sous-marins du projet 671RTM, devenus projet 671RTMK (K pour Krilataya raketa) pouvaient tout aussi bien accomplir des missions tactiques classiques que des missions stratégiques nucléaires. Les 671RTMK disposaient également  d'un système SOKS, vraisemblablement la première version opérationnelle.

Le K-254 servit à la réalisation prototype de cette nouvelle version. Les cinq  derniers navires du projet construits à Leningrad le furent selon le projet 671 RТМК. Par la suite, le K-502 et le K-524 furent modifiés pour être équipés de ces missiles au cours d'une IPER.

Le projet technique a été ratifié en juillet 1974 par décision commune du Ministère des Constructions navales et de la Marine. Il y était indiqué que le premier sous -marin serait construit sans les systèmes Skat-KS, BIUS Omnibus-RTM ni la centrale inertielle Medveditsa-RTM  . Cette décision devait se révéler judicieuse, puisque ces systèmes nécessiteront en fait trois années supplémentaires de mise au point. Ce qui privait néanmoins ces sous-marins d'une grande partie de leur potentiel militaire.

Au cours de la construction, on décida de passer d'une hélice unique à sept pales à deux hélices contrarotatives à 4 pales en tandem, pour réduire le bruit rayonné. Des difficultés financières n'ont pas permis d'étendre cette modification, qui accroissait la longueur hors tout de 1 m, à tous les sous-marins du projet.

La coque extérieure était, à l'instar des précédents projets 671 et 671RT, recouverte d'un revêtement anéchoïque.

 

Carrière opérationnelle

Les plus hauts faits d'armes des sous-marins de ce projet reste leur participation aux opérations APORT et ATRINA qui ont consisté à tester à grande échelle les capacités ASM de des marines des États-Unis et de l'OTAN. Ces opérations ont été menées par les unités de la 33ème diviziya de la 1ère flottille de sous-marins de Flotte du Nord, basée à Zapadnaya Litsa.

1 L'opération APORT

Le 29 mai 1985 trois sous-marins du projet 671 RTM, les К-299, К-324 et К-502, sont sortis simultanément de la base de Zapadnaya Litsa, en compagnie du K-488 du projet 671RT. Ils ont été rejoints par la suite par le K-147 du projet 671. Cette sortie ne pouvait passer inaperçue pour les systèmes d'observations américains. Des opérations de recherche à grande échelle ont été menées, mais elles n'ont pas apporté les résultats attendus. Pendant ce temps, les sous-marins soviétiques ont cherché à assurer le pistage des sous-marins nucléaires lance-missiles américains dans leur zone de patrouille. Le K-324 a obtenu trois contacts sur un sous-marin nucléaire américain, ce qui lui a permis d'effectuer un pistage d'un total de 28 heures. Les sous-marins pouvaient en même temps observer les tactiques d'action ASM de l'aéronavale américaine. L'opération " APORT" s'est achevée le 1 juillet.

2 L'opération ATRINA

De mars à juin 1987, une opération semblable de grande envergure était exécutée, l'opération ATRINA. Les projets 671RTM К-244, К-255, К-298, К-299 et К-524 y prirent part, ainsi que deux navires de reconnaissance comme le "Kolgev" , équipé d'antennes acoustiques remorquées. Quoique les forces américaines aient détecté la sortie des sous-marins de Zapadnaya Litsa, elles devaient perdre leur trace en Atlantique nord. Une spectaculaire chasse au sous-marin était de nouveau menée, opération à laquelle ont pris part la majorité des forces ASM américaines, avec l'aéronavale embarquée et basée à terre, six sous-marins nucléaires, trois grands groupes de recherche, ainsi que trois navires de surveillance acoustique récents comme le USS "STALWART". Les forces ASM britanniques se sont jointes à cette recherche. Selon les récits des commandants des sous-marins soviétiques, la concentration des forces anti-sous-marines était telle qu'il paraissait presque impossible de reprendre la vue pour les vacations radio ou pour renouveler l'air intérieur. Mais ils ont réussi à passer inaperçus jusque dans la région des Sargasses, où le dispositif soviétique a fini par être découvert.

Les premiers contacts établis par les forces américaines ne l'ont été qu'au bout de huit jours. Les inquiétudes du haut commandement et des autorités américaines ont été renforcées par l'identification faite des sous-marins en projets 671RTMK lance-missiles. Le commandement de la marine soviétique autorisa les sous-marins à utiliser les systèmes de leurrage les plus confidentiels pour échapper aux pistages, lors des retours vers la base. Ces opérations ont confirmé l'hypothèse de la marine soviétique qu'une attaque à grande échelle par des sous-marins nucléaires serait difficilement contenue par les moyens américains.

3 Les déploiements sous la banquise

La navigation la plus complexe sous la glace a été le fait du K-524. A la fin 1985, il est passé de l'océan Glacial Arctique à l'Atlantique, par le nord ouest du Groenland. Il a successivement traversé la mer de Lincoln, les étroits chenaux peu profonds de Robeson et de Kennedy, le bassin de Kane. Puis à travers le chenal de Smith, il est arrivé en mer de Baffin, puis en Atlantique. L'itinéraire était extraordinairement complexe et dangereux. Il abondait en hauts-fonds et en nombreux icebergs issus des glaciers du Groenland. En mer de Baffin, les icebergs n'offraient aucune possibilité de profondeur de sécurité. Dans ces conditions, le seul moyen sûr d'information est resté le sondeur hydroacoustique. En Atlantique, le К-524 a détecté le porte-avions américain USS America, et a mené sur lui des attaques simulées. La mission a duré 80 jours, dont 54 sous les glaces, à des profondeurs dépassant 150 m.

Les bateaux du projet 671RТМ ont été les premiers à effectuer un transit inter-flottes via le pôle Nord, dans le sens océan Pacifique – flotte du Nord. En septembre 1981, septembre 1982 et en 1983, dans les buts d'optimiser la répartition des sous-marins nucléaires polyvalents entre les flottes, les К-255, К-324 et К-218 construits à Komsomolsk-Na-Amure ont successivement effectué ce voyage. Le K-355 l'aurait effectué, à une date qui n'est pas connue.

4 Autres événements

Conformément aux accords russo-américains START-1, au début de 1989, les sous-marins nucléaires polyvalents américains et russes ont débarqué leur armement nucléaire. Les sous-marins du projet 671RTM/K ont ainsi perdu leurs missiles "Granat" et "Shkval" .

Le 29 août 1991 (3 juin 1992?) les sous-marins nucléaires des projets 671, 671RT, 671RTM, 945, 945А, 670М ont perdu la lettre " К" de leur numéro tactique au profit de la lettre " B" . Ils devenaient ainsi dans la terminologie soviétique des "grands sous-marins"et non plus des "croiseurs".

Ils ont aussi parfois participé à des missions pacifiques. C'est ainsi qu'après avoir assisté le sous-marin ТК-20 du projet 941 Akula Typhoon pour un tir de missile dans la région du Pôle Nord, le B-414 " Danyyl Moskovskiy" a livré à la fin d'août 1995 10 t de sucre et de farine au port de Kharasavey, bloqué par des glaces de surface.

A partir de la mi-1990, les sous-marins du projet 671RTM ont commencé graduellement à quitter le service actif. Le 31 juillet 1996, les K-247, K-492 et K-412 ont été rayés de la flotte du Pacifique. Ils avaient respectivement accompli 12, 10 et 6 patrouilles opérationnelles. Après l'incendie dans le compartiment turbine en 1994, le K-305 a été mis en réserve technique dans la même flotte.[Il aurait tout de même pris part à la parade le jour de la Marine à Vladivostok en juillet 1996].

Malgré leur âge, ces sous-marins ont conservé une haute valeur militaire. En février 1996, sur la demande des autorités russes, un hélicoptère Lynx de la frégate britannique "Glasgow"a procédé à l'évacuation sanitaire d'un membre d'équipage d'un sous-marin type 671RTM atteint de péritonite, à environ 150 milles nautiques des îles Hébrides. Mais ce n'est pas cette coopération qui a le plus marqué les autorités britanniques. C'est le fait que le "Glasgow" participait à un exercice ASM de l'OTAN , et que le sous-marin n'a été détecté que lorsqu'il a fait surface pour procéder à l'évacuation du malade.

L'état actuel des sous-marins de ce projet est difficile à cerner. Au 1er janvier 2011, quatre unités (projet 671 RTMK) devraient encore être en service en flotte du Nord, leur âge moyen étant de 20,3 ans. Ils devraient tous être retirés du service d'ici 2020. Leur modernisation serait en effet trop coûteuse par rapport au prix d'un sous-marin neuf, car elle supposerait des mises à niveau très importantes en matière de niveau de bruit, de propulsion et d'appareillage électronique. La conception de base remonte en effet aux années 60 - 70.La décision du rejet de leur modernisation finit par être prise en avril 2013.

Dans les conditions économiques prévalant en URSS dans les années 80, le prix d'une unité s'élevait à 89 millions de roubles.

 

Dernière mise à jour: 27 août 2017

©   Soumarsov 2008 / 2017

Cherchez avec freefind
[Home][Sous-marins][1945 - 1992][SSN][Projet 671RTM/RTMK]