search engine by freefind

 

 

            Inactif    Inactif     Inactif    

 

Attention!!! Cette page a été rédigée par Wis pour son site.

Merci à  lui de m'avoir permis de l'avoir faite figurer ici

Merci de ne pas l'utiliser sans m'en informer au préalable

Vous avez ici la meilleure monographie sur ce sous-marin !!!

 

Nom russe AKULA (Акула) [Requin]

Code OTAN TYPHOON

Classification soviétique

Croiseur lourd sous-marin nucléaire stratégique (АПКСН) [APKSN]

Classification OTAN SSBN

Vue latérale

Copyright inconnu

I Les origines

Au début des années 70, les U.S.A lancent un programme de recherche ambitieux pour se doter d'un nouveau missile balistique à ergols solides d'une portée de plus de 7000 km. Par la même occasion, ils conçoivent dans le plus grand secret un nouveau SNLE pouvant emporter 24 exemplaires de ce nouveau missile (Classe Ohio). Ces nouvelles armes surpassent de loin les capacités des projets 667A / AM et 667B / BD. Les dirigeants de l'Union Soviétique demandent alors à leur industrie de fournir une réponse adéquate à cette nouvelle menace.

Les Soviétiques savent que le secret est un donnée capitale. En effet, du fait de l'indiscrétion de la part de quelques marins de L'US Navy et de leur famille, ils ont appris que les Américains arrivent sans trop de difficultés à traquer pendant de longues périodes les SNLE soviétique de la classe Yankee. Par ailleurs, ils savent aussi que les barrières SOSUS ont été renforcées et qu'elles permettent aux Américains d'estimer les routes que vont emprunter les sous-marins sortant des ports de la mer Blanche ou de la Baltique. Il devient alors nécessaire d'opérer des ajustements dans la doctrine nucléaire de l'Union Soviétique. Deux axes majeurs sont proposés :

Les données techniques et tactiques spécifiées dans le cahier des charges pour le nouveau sous-marin lanceur d'engins, dénommé Projet 941 Akula, sont proposées au Parti en Décembre 1972. Un an plus tard, le 19 décembre 1973, le projet 941 est adopté par décret et un nouveau missile est mis en chantier. Le projet est confié au Bureau central d'ingénierie Rubin sous la gestion du Concepteur Général LD Spassky,  sous la direction du Concepteur en chef SN Kovalev, et sous la supervision de VN Levashov, pour la Marine.

Le développement du nouveau missile stratégique naval est confié au Concepteur en chef VP Makeyev en 1971. Le travail sur le système d'armes D-19 et le missile R-39 débute en 1973.

Le cahier des charges du Projet 941 s'affine, il doit pouvoir se faufiler sous les glaces de l'Arctique, percer des glaces de plus de 2,5 m d'épaisseur, lancer ses missiles en plongée et en surface. Il doit aussi être capable de lancer ses missiles à proximité des eaux nationales de l'URSS, pour ainsi éviter la détection des nouvelles barrières SOSUS.  Une grande attention est accordée à l'accroissement de sa capacité de détection hydroacoustique. En parallèle, le sous marin K-153 du projet 629  Golf I est modifié en projet 619 Golf V en 1976, afin de mener une série de tests intensifs conduisant à l'acceptation du missile R-39 (SS-N-20 Sturgeon)  par  la Marine en 1984.

 

II Description générale

L'architecture des sous-marins du projet 941 Akula / Typhoon consiste en deux coques de 7,2 m de diamètre, assemblées comme un catamaran. Chaque coque comporte une capsule de sauvetage pouvant accueillir la moitié de l'équipage, avec une capsule de chaque côté du massif. La tranche torpilles et le PCNO servent de zone de jonction entre les deux coques. Chaque coque est en liaison avec l'autre par une série de coursives transversales ( au niveau du compartiment du réacteur, du compartiment propulsion et de la tranche missiles). L'ensemble compte 19 compartiments étanches. La coque épaisse du PCNO et de la tranche torpilles est réalisée en alliage de titane pour une plus grande résistance et une meilleure discrétion magnétique. Les barres de plongée avant s'escamotent dans la coque tandis que la forme des barres arrières a été étudiée pour augmenter la stabilité du sous-marin.

Plusieurs installations du sous marin ont été pensées pour le bien être de l'équipage (On est loin des installations spartiates des projets Hotel): cabines spacieuses pour les officiers, deux mini-piscines de 2 m de profondeur, salle de détente avec télévision et air conditionné, salle pour fumeurs, sauna, salle UV, petite boutique, salles de sport. Ce genre d'installation permet à l'équipage de garder toute son efficacité durant les missions de longue durée (plus de 90 jours). 

Quoique dans le cahier des charges les Soviétiques aient prévu la possibilité d'effectuer des missions de longues durée (plus de 120 jours), les missions de plus de deux mois ont été rares, probablement pour mieux asseoir le contrôle politique sur les équipages. Néanmoins, le cycle opérationnel des projets 941 est remarquable.

 

III Modifications

De nombreuses modifications ont été apportés pendant tout la vie des six sous-marins, pour l'amélioration des caractéristiques acoustiques, pour permettre de lancer des missiles disposant d'un système de navigation astrale, avec un système d'armes plus moderne, et l'utilisation du système de navigation satellitaire GLONASS. Les dernières grandes modifications ont été apportées par la version 941UM. Pour le moment seul le TK-208 en bénéficie.

 

IV Armes et systèmes

Le projet 941 est doté de systèmes qui même encore aujourd'hui n'ont pas à rougir des installations occidentales (c'est encore plus vrai suite à la refonte du TK-208 Dimitry Donskoy).

La production d'énergie est assurée par deux  réacteurs nucléaires à eau pressurisée OK-650b d'une puissance nominale de 190 MW. La vapeur produite permet d'entraîner les deux turbines à vapeurs et les turbo-générateurs L'ensemble de la structure supportant les machines ont été placés sur vérins et cylindres block afin de réduire le bruit et les vibrations transmises à la coque. Les autorités ont par ailleurs insisté sur l'amélioration  des protocoles de sécurité des réacteurs (contrôle du niveau d'énergie, failsafe, triple système de secours, bouclier anti-radiation). On trouve aussi quatre turbogénérateurs de 3200 kW  autonomes et deux Diesel-générateurs DG-750. Deux propulseurs d'étrave (un au centre à l'arrière et un devant sur le côté droit) comportent chacun un moteur électrique d'une puissance de 750 kW. A la création du projet 941, beaucoup d'efforts ont été déployés pour réduire son indiscrétion acoustique, par une insonorisation accrue de toutes les parties du sous marin (y compris les cuisines et les poulaines). Il en résulte, selon certains analystes, une discretion acoustique d'un niveau équivalent à celle des Ohio Américain. Le projet 941 est équipé, en autre, d'un nouveau système de navigation SIMFONYA, d'un sonar anti-mines MG-519 ARFA, d'un sondeur des glaces MG-518 SEVER, d'un radar de veille surface MRKP-58  RADIAN, d'un système de surveillance vidéo MTK-100, d'un sonar actif / passif MGK-503 SKAT-KS avec quatre consoles pouvant traquer simultanément jusqu'a 12 cibles, deux périscopes (attaque et veille), de deux antennes filaires remorquées de plus de 150 m chacune permettant la réception radio en plongée, de deux flûtes ASM remorquées (seulement pour les TK-208, TK-17 et TK-20).

Les 20 missiles balistiques R-39 pouvant être lancés à une profondeur de 55 mètres, à très court intervalle (moins de 70 secondes selon certains analystes) sans limite de l'état de la mer, ni de la météo en surface. La portée dépasse 10000 km. Chaque missile emporte 10 têtes nucléaires d'une puissance unitaire de 100 kT et possède un système inertiel de rentrée dans l'atmosphère. Les têtes ont un CEP de 500 m.

L'armement défensif du Typhoon inclut par 6 tubes lance-torpilles de 533 mm avec système de chargement rapide. La plupart des armements soviétiques sous marins peuvent être tirés.

 

V Programme de Construction

La construction des Akula s'est effectuée au chantier SEVMASH de Severodvinsk  (n°402).Cette construction  a nécessité l'édification d'un nouveau bâtiment, le plus grand dock couvert au monde.

Le premier de la classe a été lancé le 12 décembre 1981 et  chaque nouvelle unité a bénéficié d'améliorations technologiques. Le programme ne s'est pas fait sans de vives discussions, du fait de son coût prohibitif. Il a donc été décidé de limiter à 7 puis 6 exemplaires le nombre d'unités. Mais le coût n'a pas été le seul obstacle. La taille gigantesque  du sous-marin l'empêchait en effet de rejoindre les ports stratégiques de mer Blanche. Entretenir ces engins, et leur armement plus qu'impressionnant nécessita d'entreprendre la construction d'infrastructures colossales que beaucoup estimaient inutiles. De plus la gestion des missiles R-39 rendait les déplacements des éléments très délicats.

 

V Activité opérationnelle et état en 2012

Les six sous-marins du projet 941 ont été regroupés au sein de la même diviziya de la flotte du Nord, la 18ème. Leur base se trouve à Nerpichya. Elle a entièrement été ré-aménagée  en 1977 pour accueillir le centre stratégique de commandement de la diviziya. On y a donc construit de nouveaux quais, un véhicule de transport des missiles R-39, ainsi qu'un complexe de maintenance rapide (dock flottant) et des bâtiments hébergeant les équipes de maintenance à terre.

Comme pour les sous-marins occidentaux, chaque Akula est sous la responsabilité de deux équipages. Ces sous-marins ont eu le plus haut taux d'activité de la flotte du Nord, chacun  effectuant en moyenne trois à quatre patrouilles de trois mois par an !

En 1989, la construction du septième Akula, le TK-210, est annulée et il est démantelé avant achèvement. Pour les uns, la cause en est  la masse des problèmes financiers de la Russie, pour d'autres ce sont les traités de désarmement bilatéraux SALT I et SALT II qui ont été à l'origine de cette décision. Il est vrai que la situation politique de la Russie entre 1990 et 2000 a fortement affecté la flotte du Nord notamment, qui ne disposait plus d'un budget de fonctionnement suffisant pour le maintien en conditions opérationnelles la majeure partie de la flotte.

Suite aux traités de désarmement et à la situation financière, les TK-202, TK-12 et TK-13 ont été rayés de la liste navale, et ils ont été complètement démantelés, avec l'aide de crédits occidentaux. Les trois unités restantes ont connu un autre sort. Le missile R-39 étant arrivé en fin de vie (probablement du fait du vieillissement des propulseurs à poudre, et de l'incapacité de la seule industrie russe de procéder à leur remplacement), les trois autres unités ont été retirées du service opérationnel.  Le TK-208, modifié en projet 941U entre 1989 et 2002 est utilisé pour les essais de lancement du missile balistique BULAVA destiné aux projets 955 Borey. Les TK-17 Arkhangelsk et TK-20 Severstal ont été placés en réserve et sont en attente à Severodvinsk. Il a été question à plusieurs reprises de modifier ces trois dernières unités en lanceurs de missiles aérodynamiques, mais aujourd'hui il semblerait que la marine russe envisage de les moderniser avec le missile Bulava et de les garder en service jusqu'en 2017 au moins.

Le démantèlement des 78 derniers missiles R-39 / RSM-52 / SS-N-20 s'est achevé en septembre 2012 grâce à des fonds américains. Ce qui laisse dorénavant les sous-marins encore en dotation (TK-17 et TK-20) sans armement.

 

Le parc a évolué selon le schéma suivant

 

Au 1er janvier 2011, l'âge moyen de ces trois unités a atteint 24,4 ans.

Aux conditions économiques prévalant en URSS dans les années 80, le prix d'une unité s'élevait à 525 millions de roubles (à comparer aux 169 millions pour une unité du projet 667BDRM!).

Selon une information du 7 mars 2012, moderniser un seul Akula coûterait aussi cher que de construire deux projets 955 Borey.

Dernière mise à jour:  3 mars 2017

© Soumarsov 2008 / 2017

[Home][Sous-marins][1945 - 1992][SNLE/SSBN][Projet 941]