Cherchez avec freefind

 

           Actif    Inactif     Inactif    

 

Nom russe Piranya (Пиранья) [Piranha]

Code OTAN LOSOS

Classification soviétique ДЭПЛ 3 ранга (petit sous-marin diesel électrique de 3ème rang)

Classification OTAN: ?

Copyright inconnu

Copyright inconnu

 

Il s'agit d'un mini-sous-marin à propulsion Diesel électrique, destiné à des missions de renseignement, de mise en oeuvre de commandos et d'attaque d'objectifs très ponctuels. Il résulte de la volonté de l'état-major de la marine soviétique de renouer avec la tradition d'avant guerre des sous-marins nains comme l'APSS et l'APL.

La mission envisagée était celle d'interventions dans des fonds peu importants, allant de 10 à 200 m. Le cahier des charges originel prévoyait l'installation à bord de moyens électroniques modernes, la mise en oeuvre de mines, de torpilles et de plongeurs, ces derniers jusqu'à 60 m de profondeur. Le déplacement demandé ne devait pas dépasser 80 t. Disposition qui ne sera pas tenue, puisque le sous-marin finira par avoir un déplacement surface de 218 t.

Le bureau d'étude en charge du projet a été le bureau TsKB-16 Malakhit, à qui l'on a demandé de partir de zéro, les tentatives d'avant guerre paraissant largement surannées. La construction du premier sous-marin expérimental, le MS-520, a débuté aux chantiers de l'Amirauté à Leningrad en juillet 1984.

Le sous-marin disposait d'une double coque, la coque épaisse, en titane, devant permettre une immersion jusqu'à 200 m. Doté d'une seule ligne d'arbre, il était équipé d'un dispositif de renversement de marche lui permettant de manoeuvrer dans des fonds étroits. Le poste central permettait la mise en oeuvre de tous les moyens du bord, y compris les commandes nécessaires à la mise en pression de la chambre de recompression des plongeurs. On y accédait par un sas vertical. Un autre sas sur l'avant permettait d'accéder à la chambre de recompression des plongeurs, avec un hublot permettant d'observer l'intérieur de cette chambre. La chambre de recompression disposait de son côté d'une autre porte vers l'extérieur, permettant les entrées et sorties des plongeurs. [NB: on ne distingue pas cette porte sur les schémas disponibles].

La tranche énergie propulsion était située sur l'arrière du Central. On y accédait par une porte étanche, et ce local était habituellement inhabité pendant la navigation. Les ensembles électro-mécaniques étaient placés sur des sièges amortisseurs, pour réduire la signature acoustique de l'engin. Cette discrétion était encore renforcée par l'utilisation d'un revêtement anéchoïque. Les dispositifs étaient automatisés au maximum, et la taille des équipements soigneusement calculée pour réduire l'équipage, et partant maintenir la taille du submersible au minimum.

L'équipage se composait de  trois officiers: le commandant, un officier énergie-propulsion, un officier moyens électroniques. Le sous-marin pouvait par ailleurs accueillir jusqu'à 6 nageurs de combat, son armement principal. L'autonomie prévue était de 10 jours.

Quatre conteneurs cylindriques étaient arrimés sur les superstructures. Deux d'entre eux permettaient d'emporter l'équipement des nageurs (quatre propulseurs type PROTON ou deux transporteurs type SIRENA-U). Les deux autres étaient réservés à l'emport de mines (2 type PMT par conteneur) ou de torpilles de 400 mm (une type LATUSH par conteneur), armes pouvant être lancées à toutes les profondeurs.

Dès 1989, le MS-520, première unité de la série, fût affecté à la 22ème brigade de sous-marins, basée à Liepaja, où son sister-ship, le MS-521, l'a rejoint par la suite. Chaque sous-marin disposait de deux équipages, et une équipe technique s'occupait de l'entretien des deux submersibles.

Mais on ne peut pas dire que leur arrivée déchaîna l'enthousiasme du commandant de la brigade. Les sorties à la mer des Losos étaient toujours délicates, et il était de ce fait difficile de maintenir les équipages à un bon niveau d'entraînement. Et l'intérêt pour les mini-sous-marins disparaissant, la construction de nouveaux sous-marins du projet 865 s'arrêta.

On tenta de les vendre, après une exposition dans un salon international en 1993. Mais cet intérêt s'étant révélé de courte durée, les MS-520 et MS-521 furent remorqués jusqu'à Kronstadt où leur démantèlement s'est effectué dès mars 1999. Leur destruction a permis de récupérer environ 200 t de titane.

Dernière mise à jour: 2010

© Soumarsov 2008 / 2016

[Home][Sous-marins][1945 - 1992][Autres ][Mini sous-marins][Projet 865]