Cherchez avec freefind

 

            Actif    Inactif     Actif    

Alias projet 06676

Nom russe KALMAR (Кальмар) [Calmar]

Code OTAN Delta III

Classification soviétique croiseur sous-marin lance-missiles stratégiques (РПКСН) [RPKSN]

Classification OTAN SSBN

Copyright inconnu

Conception

En février 1973, le КB des industries mécaniques a débuté les travaux de réalisation d'un nouveau missile bi-étage à propergols liquides, le R-29R (3M40, RSM-50, SS-N-18) développement ultérieur du R-29. Ce missile se distinguait de ses prédécesseurs par sa capacité d'emport de têtes multiples à trajectoire individuelle (en anglais MIRV). Cette caractéristique permettait d'accroître le nombre de cibles visées en un seul tir.

Le système de navigation inertiel embarqué plus perfectionné intégrait les données d'un correcteur astral plus complet. Le missile R-29R disposait ainsi d'une plus grande précision. Par la suite, cette précision a encore été accrue, la rendant équivalente à celle d'un bombardement fait par avion. Le sous-marin peut ainsi frapper des cibles non protégées (« molles ») tout comme des cibles durcies (silos de missiles stratégiques sol-sol, postes de commandement, dépôts d'armes nucléaires ...).

Le TsKB « RUBIN » a été chargé d'étudier une évolution du projet 667BD pour l'emport de ce missile dès 1972. Ce nouveau projet a été désigné projet 667BDR KALMAR, et tout comme le projet 667BD, il emportait 16 missiles. La hauteur des tubes a augmenté, l'amenant au dessus du niveau des barres de plongée avant.

Le système de gestion du tir a été perfectionné, pour permettre le lancement de toute la dotation de missiles en une seule salve, ce qui a été obtenu en réduisant les intervalles entre chaque lancement.

La coque épaisse était divisée en onze tranches [Les schémas n'en montrent que 10!!!]. Les tranches 1, 2 et 11 (10?] étaient conçues pour être des tranches refuges, résistant à la profondeur limite d'immersion du bâtiment. La lutte contre l'incendie a fait appel à un volumineux système utilisant le fréon. Les conditions de vie de l'équipage ont aussi été améliorées, avec l'installation d'un solarium [Une distribution de vitamine D aurait tout aussi efficace!] et d'une salle de sport. La propulsion développait 60000 Cv, avec deux réacteurs VM-4S et deux turbines OK-700A. Les hélices à 5 pales présentaient de nouvelles qualités de réduction du niveau de bruit. L'énergie électrique était produite par deux turbo-alternateurs TG-3000.

Le croiseur sous-marin a reçu un nouvel système acoustique, le "RUBIKON", capable de fonctionner en basse fréquence, avec une automatisation de la classification des cibles. La distance maxima de la détection en régime de relèvement de bruit en conditions hydrologiques favorables a pu atteindre plus d'une centaine de nautiques. La précision de la centrale de navigation "TOBOL-M-1" (pour les tout derniers bâtiments "TOBOL-M-2") ne nécessitait qu'un recalage tous les deux jours, participant ainsi à la discrétion de l'action du sous-marin. Les bâtiments ont aussi été équipés d'une station « SHCHMEL » de navigation hydroacoustique, permettant de déterminer avec précision leur position à partir de balises acoustiques. [Ce système était certainement d'une grande utilité pour la navigation sous la banquise]. Les télécommunications reposaient sur le système "MOLNYA", les liaisons par satellite étant prises en charge par le « TSUNAMI ».

Le système d'armes D-9R comprenait 16 missiles comme par exemple le R-29R (longueur: 13,635 m, diamètre: 1,8 m, masse au lancement: 36,3 t). Avec son système inertiel à correction astrale complète, ce missile présentait un Écart Circulaire Probable de l'ordre de 900 m. Il faisait partie d'une famille de trois variantes interchangeables:

- le R-29R, avec trois têtes indépendantes de 0,2 Mt et une portée de 6500 km;

- le R-29RL, mono tête de 0,45 Mt et une portée de plus de 9000 km

- le R-29RK, avec sept têtes indépendantes de 0,1 Mt et une portée de 6500 km.

Les essais du R-29R ont débuté en novembre 1976, et se sont achevés en octobre 1978. Le sous-marin K-441 a lancé depuis la mer Blanche et la mer de Barents 22 missiles (quatre mono têtes, six à tête triple, et douze à sept têtes). Pour la dotation standard, on a adopté les versions à une et trois têtes.

Les mouvements de plate-forme étaient enregistrés par un système de la compensation des erreurs dynamiques (СКДО), mesurant les écarts et les transmettant au système d'armes. L'armement en torpilles du sous-marin était analogue à l'armement du projet 667BD. Il comprenait quatre tubes de 533 mm et deux de 400 situés à l'avant du bâtiment.

On peut noter que le système de soufflage des ballasts a été modifié après les essais de la première unité, ce soufflage engendrant une très dangereuse instabilité latérale lors de la phase de remontée.

 

Service

Les quatorze sous-marins du projet ont été construits au chantier SEVMASH (n° 402) de Severodvinsk. Ils ont été mis en service en 1976 (1), 1977 (2), 1978 (3), 1979 (3), 1980 (3) et 1981 (2).

Certains ont été mis en service en Extrême Orient et basés au Kamchatka (Ribachiy). A partir de 1980, sept transits inter-flottes ont eu lieu sous les glaces de l'Arctique. La difficulté du dernier tronçon pour l'arrivée en mer des Choukches conduisait à garder l'équipage à son poste pendant près de 72 h. La profondeur n'excédait pas 50 m. Les bancs de sable se déplaçaient et étaient quelquefois écrasés par d'immenses blocs de glace dont l'épaisseur pouvait atteindre 15 m. Le sous-marin pouvait alors évoluer dans un fuseau qui ne dépassait pas 4 m au dessus et au dessous de la coque. Le système de stabilisation automatique devait être débrayé et le pilotage s'effectuait à la main. La tension était très forte pour les équipages, et la charge de travail énorme pour les commandants. Malgré cette complexité et ces risques, de tels transits étaient préférés pour leur rapidité, et leur proximité des eaux territoriales soviétiques.

Deux bâtiments, les K-455 et K-490 ont effectué ce transit en février mars 1979 par le sud, via l'Atlantique et l'Océan Indien. Ce voyage a été mis à profit pour tester le système de navigation par satellite «SHLIUZ ».

La Flotte du nord a reçu cinq sous-marins rattachés à une division des sous-marins stratégiques basée à Yagelnaya Guba. Trois sous-marins stationnaient à Sayda Guba, et deux à Olenya. Au début des années 90, tous ces sous-marins ont été regroupés à Yagelnaya Guba. Ces bâtiments ont été actifs des eaux de l'Atlantique nord à l'océan Glacial Arctique.

En 1985, le K-449 a participé à un programme dénommé Zashchita-85 destiné à réduite le bruit rayonné. Dans ce cadre il avait reçu des hélices avec un nouveau profil.

La dégradation du système de défense de l'URSS à partir de 1991 a coïncidé avec la nécessaire révision de ces bâtiments. On a pu partiellement y pallier, tout comme le système d'armes D-9R a pu être amélioré en 1987 et 1990. Cependant, au cours de la deuxième moitié de cette décennie, on a procédé à un retrait progressif de ces unités pour respecter les accords stratégiques russo-américains. En 1995, le K-129 a été mis en réserve. Il a été suivi par les K- 424 et K-141 en 1996. En 1999, la flotte du Nord alignait encore trois bâtiments, les K-44, 487 et 496, tandis que la flotte du Pacifique en alignait huit. Compte tenu du retard pris par l'arrivée de nouvelles générations de sous-marins stratégiques, on peut s'attendre à ce que les derniers bâtiments de ce projet ne soient retirés que vers les années 2020.

L'évolution du parc [indisponibilité, modification en un autre projet et désarmements inclus] est résumée par le schéma ci dessous.

 

Au 1er janvier 2011, la marine russe possède 5 sous-marins de ce projet, d'un âge moyen de 30,6 ans. Ils sont dorénavant tous rattachés à la flotte du Pacifique, et devraient être les premiers à être remplacés par les projets 955 Borey. Ce décompte n'inclut pas le K-129 modifié en projet 09786, renommé KS-129, et stationné en flotte du Nord.

Dans les conditions économiques prévalant en URSS dans les années 70, le prix d'une unité s'élevait à 115 Millions de roubles.

Le directeur de la division concernée de Rosatom a annoncé le 1er novembre 2013 que le démantèlement des projets 667BDR Kalmar Delta III du Pacifique devrait commencer en janvier 2014 dans la région de Primorye, dès lors que les tranches réacteurs auront été mises en sécurité.  

Dernière mise à jour: 18 mai 2014

© Soumarsov 2008 / 2016

[Home][Sous-marins][1945 - 1992][SNLE/SSBN][Projet 667BDR]