Cherchez avec freefind

 

                        Actif        Inactif         Inactif      

 

Nom russe MURENA-M (Мурена - М) [Murène-M]

Code OTAN DELTA II

Classification soviétique

Croiseur nucléaire sous-marin lance-missiles stratégique (РПКСН) [RPKSN]

Classification OTAN SSBN

Copyright inconnu

L'entreprise Sevmash a eu la possibilité d'accroître la longueur de la coque des sous-marins de la famille 667. Du coup, on a eu l'idée, tout en conservant les acquis des technologies déjà mises en oeuvre, d'allonger quelque peu la coque des sous-marins du projet 667B, accroissant ainsi leur dotation en missiles. Le rapport «coût-efficacité» était ainsi amélioré. C'est ainsi qu'en juin 1972, le TsKB Rubin a reçu le cahier des charges pour la construction d'une variante améliorée du projet 667B, capable d'emporter non pas 12 mais 16 missiles du type R-29. Cette nouvelle variante a reçu la désignation de projet 667BD, et le nom de Murena-M.

L'installation des missiles supplémentaires dans la région des tranche 4 et 5 s'est effectuée par l'insertion d'une nouvelle tranche de 16 m de long, tout en conservant les autres éléments de la structure des sous-marins du projet 667B. Le nombre de tranche est ainsi passé de 10 à 11, avec l'apparition d'une tranche 5 bis. Le déplacement a augmenté de 1500 t, et la vitesse a diminué de 1 noeud.

Ce nouveau projet a  été  mis à profit pour prendre des mesures supplémentaires de réduction du niveau de bruit, ainsi que des mesures de suppression des parasites affectant les moyens de détection acoustique. Les mécanismes des turbines furent installés sur des systèmes amortisseurs de vibration en cascade. Des isolations acoustiques et anéchoïques ont aussi été installées, à l'intérieur et à l'extérieur de la coque. On a isolé toutes les conduites hydrauliques de la coque.

L'accroissement de portée des missiles a permis d'élargir la zone de patrouille des croiseurs sous-marins nucléaires lance missiles balistiques stratégiques (RPKSN) aux régions arctiques. Il a fallu en conséquence prendre des dispositions pour la navigation sous les glaces. Notamment, on a rendus les barres de plongée avant orientables et fixées sur le kiosque. Pour faciliter l'émersion dans les trous de la calotte glaciaire, elles pouvaient dorénavant s'orienter à la verticale. Un ensemble de télévision très complet a été installé. Il permettait de visualiser sur des écrans placés dans le central des informations intérieures et extérieures, comme par exemple les situations surface et aérienne fournies par le périscope.

Le système de combat tactique Tucha était remplacé par le BIUS Almaz-BD plus perfectionné.

Pour la première fois également, on installa à bord un appareil de régénération électrochimique de l'air (ERVM) par électrolyse de l'eau (production d'oxygène) et absorption du gaz carbonique. Des normes plus modernes étaient mises en vigueur pour l'habitabilité. La puissance des installations énergétiques passa de 52 à 55 000 CV. Le système d'armes D-9D, perfectionnement du système D-9, avait été recetté par la marine en 1978. Ses missiles R-29D (code OTAN SS-N-8 Mod2 Sawfly) présentaient une portée de 9100 km, et un Écart Circulaire Probable de 900 m. C'est ce système qui fut retenu pour le projet 667BD. Le système de tir restant le même, les sous-marins du projets 667BD devaient tirer leur dotation en deux salves, la première de douze missiles, la seconde de quatre. Ce qui n'était pas sans effet sur la vulnérabilité du sous-marin après le lancement de la première salve.

La construction de quatre unités fut confiée aux chantiers Sevmash de Severodvinsk. On peut noter qu'à partir de ce projet, Sevmash sera la seule entreprise à construire des sous-marins lance missiles balistiques stratégiques (RPKSN) en URSS. Cette construction a vu la première application de la construction par modules qui devait être généralisée pour tous les sous-marins nucléaires de la 3ème génération.

Les quatre unités construites ont toutes fait partie de la 3ème flottille des sous-marins basée à Yagelnaya Guba (13ème, 31ème puis 19ème diviziya de la flotte du Nord). L'apparition des sous-marins équipés du système D-9D a permis de rapprocher les zones de patrouille du territoire de l'Union soviétique.

En 1980, le K-182  (K-193?) a été chargé de tester les capacités du système américain SOSUS. En 1982, le K-92 a réussi un tir de missile après avoir émergé au milieu d'un orifice créé dans la banquise par le tir de torpilles.

Les sous-marin de ce projet ont été désarmés en 1995. Ils ont été démantelés en 1999 au SRZ NERPA de Severodvinsk.

L'évolution du parc, y compris les indisponibilités pour entretien, réparation et refonte (?) est donnée par le schéma suivant:

Dernière mise à jour: 23 septembre 2009

©   Soumarsov 2008 / 2016

[Home][Sous-marins][1945 - 1992][SNLE/SSBN][Projet 667BD]