I. Présentation

L'histoire des sous-marins russes et soviétiques peut se répartir en quatre grandes périodes:

l'avènement de cette force, que le cours de l'histoire arrête en 1917 (bouton "Avant 1917")

l'apogée du sous-marin diesel électrique, que par commodité j'ai arrêtée en 1945 (bouton "1917-1945")

puis l'émergence et la pré-éminence du rôle du sous-marin nucléaire (bouton "Post 1945")

l'époque actuelle (bouton "Post 1992")

et pour finir les programmes futurs

 

Mais si vous ne connaissez que le nom, le n° de coque  ou le n° de chantier d'un sous-marin donné, cliquez sur le bouton Listes à gauche pour retrouver le projet auquel il appartient.

Pour l'avenir, j'ai ajouté un aspect prospectif, qui sera tenu à jour au fur et à mesure des annonces de mises en service ou de retrait. J'ai aussi rajouter un bouton "Futur" qui permet de rassembler les bribes sur les programmes à venir, qui ne connaissent pour l'heure aucun début de construction.

 

II. Première approche générale

Base de l'étude

L'étude se base sur les données individuelles accumulées dans une base de données répertoriant l'ensemble des sous-marins de cette marine (plus de 1200 unités), de 1903 à 2011. En sont donc exclus les sous-marins étrangers saisis (lettons, estoniens, roumains...) ou relevés pour étude (britannique, allemand ...) par l'URSS et ceux reçus par elle au titre de réparation pendant ou après la 2ème Guerre Mondiale.

Elle ne prend en compte que les données au moment de la première mise en service actif d'un sous-marin, écartant de facto toute modification et/ou changement de rôle ultérieur (comme par exemple les projets 665 uniquement intégrés ici que comme des projets 613 à leur mise en service initiale). Le choix de la date d'admission au service actif au détriment de la date de mise sur cale ne constituait pas l'option la plus évidente, mais il a paru à l'auteur plus proche de la réalité que celle de la mise sur cale, d'autant que la proportion de sous-marins mis sur cale et jamais achevés atteint environ 7% du total de la population considérée.

L'étude comporte cinq volets, le premier destiné à une appréciation générale de la période couverte, les trois autres orientés vers une période plus précise (avant 1917, 1917 - 1945, 1945 à nos jours). Ces derniers sont accessibles grâce aux liens indiqués entre parenthèses.

 

Limites de l'étude

 Comme toute étude statistique, cette analyse comporte des limites qu'il convient de garder présentes à l'esprit.

Ces réserves affectent deux données:

- les dates de mise en service

- le déplacement en surface (à l’admission au service actif)

Pour la première donnée, les sources d'information consultées ne concordent pas toujours, sans qu’il soit le plus souvent possible d'identifier la plus fiable. La date la plus généralement admise a été de ce fait retenue.

Pour le déplacement en surface, seconde donnée, on se heurte à trois difficultés :

- comme pour les dates, le déplacement peut varier d'une source à l'autre, avec les mêmes constations que ci-dessus. Le déplacement le plus communément admis a été retenu;

- dans une même série, les sous-marins peuvent avoir un déplacement différent. On a retenu alors un déplacement moyen établi à partir de l'ensemble des sous-marins de la classe concernée (les Russes parlent eux de projet), lorsque chaque unité n'a pu être formellement caractérisée;

- enfin, cette notion de déplacement a probablement évolué dans le temps, et il est difficile de connaître avec précision ce que cette donnée a agrégé au cours du temps en termes de carburant, vivres, armement...

 

Évolution générale

Ces réserves faites, le diagramme n°1 permet de comparer l'évolution du nombre d'unités mises en service de 1903 à 2011, ainsi que le tonnage total correspondant.

 

Diagramme n°1

Une atonie peut être notée entre 1924 et 1929, provoquée par la désorganisation qui a suivi la guerre civile. Il convient de noter qu'un des sous-marins livrés entre 1918 et 1923 ne l'a pas été au profit du pouvoir central soviétique.

L'effort d'équipement à partir de 1933 est très visible, fléchit en 1937 pour repartir l'année suivante. Les mises en service s’effritent à partir de 1942, et ne parviennent pas à atteindre le niveau de 1945 avant 1947, année qui voit une reprise d'activité sensible. L'apogée en nombre d'unités est atteint en 1954 et n'est plus jamais atteint par la suite.

Le second diagramme concerne les mêmes données, que l'on a pondérées à partir de 1970. Cette année voit en effet le début de la mise en service en grand nombre de petits sous-marins destinés aux forces spéciales, et qui par leur faible ou très faible tonnage, faussent quelque peu l'appréciation de l'évolution de la flotte sous-marine. On les a donc volontairement écartés pour mieux souligner l'évolution générale à partir de cette date.

Diagramme n°2

Les différences entre les deux diagrammes sont peu sensibles, mais il convient de noter qu'à part les sursauts relatifs de 1965 et 1990, le nombre d'unités mises en service ne cesse de décroître depuis 1961.

Mais dans les deux cas, et indépendamment des données brutes ou pondérées, on remarque à partir de 1959, que les colonnes du nombre d'unités et que la courbe du tonnage total montrent un écart important, écart qui connaît de très nombreuses et brutales variations. Le tonnage maximal mis en service est atteint en 1990... mais ne dépasse que de très peu celui de 1955, pour un nombre d'unités pratiquement divisé par 6 (75 en 1955, 12 en 1990).

Le troisième diagramme comporte lui aussi deux données, le tonnage unitaire brut et le tonnage unitaire pondéré, sur les mêmes bases que pour les deux diagrammes précédents. Ce tonnage moyen est le quotient du tonnage total par le nombre d'unités pour une année donnée.

Diagramme n°3

Comme souligné précédemment, les deux courbes s'écartent sensiblement à partir de 1973, année de la mise en service d'un grand nombre de mini-sous-marins. A part les périodes d'étiage nul, on constate:

 - qu'il faut attendre 1959 pour que le tonnage moyen progresse fortement, avec une progression constante (il double par rapport à 1958), pour atteindre son maximum brut en 1993 et pondéré en 1996;

- que le tonnage moyen de 1958 est déjà atteint en 1929 et 1930;

- qu'en deux occasions au moins (1978 et 1991), le tonnage moyen connaît une chute brutale dans son évolution, tant en valeur brute que pondérée, ce qui montre son indépendance vis-à-vis de la mise en service de mini-sous-marins. On tentera d'en déterminer les causes plus en avant.

Dernière mise à jour 22 septembre 2015

© Soumarsov 2008 / 2016

                         

Cherchez avec freefind
[Home][Sous-marins]